Infid’Elle

Tempête sous un crâne

En octobre, la pandémie est encore là et les jeux libertins que nous aimons tant sont déjà loin, très loin… Nous cherchons de nouvelles idées pour nous amuser un peu dans ce contexte morose, un deuxième confinement s’annonce et nous savons qu’une rencontre n’est pas envisageable pour le moment… Lui me suggère de retenter ce que nous avions déjà fait quelques années auparavant : m’inscrire sur un site de rencontre extra-conjugale.

À l’époque, je n’avais pas réussi à rentrer dans la peau du personnage, mais c’était avant.

Je réactive mon compte et commence alors un fastidieux tri des messages que je reçois. Vous imaginez bien qu’une femme est très sollicitée et que, même en éliminant les « cc sava ? » et les photos de sexes sans un mot, il y a encore de quoi faire ! Quelques messages attirent mon attention, mais je me laisse un peu de temps pour faire mon choix. Finalement, je ne sélectionne que deux profils : le premier est un homme marié, habitant le Sud et cherchant une relation à distance (oui, souvenez-vous, nous sommes en confinement 2.0). Il a déjà eu des expériences similaires et semble plutôt direct. Appelons-le T.

Le deuxième m’a contacté avec un message drôle et original, ce qui est déjà rare sur ce genre de site. Lui habite la région lyonnaise comme moi, ce qui rend possible une rencontre… Appelons-le P.

Je commence à échanger avec eux mais à chaque connexion je suis envahie de nouvelles sollicitations. Je leur propose de continuer sur une plateforme de messagerie instantanée.

Avec T. les choses vont assez vite, nous échangeons des photos de plus en plus coquines jusqu’à nous caresser ensemble à distance… P. , lui, prend plus son temps mais il ne reste quand même pas indifférent à mes photos sexys. Au fil du temps, les sextos sont de plus en plus nombreux et osés.

Début janvier, il commence à me parler d’une éventuelle rencontre mais je ne suis pas aussi disponible que lui et suis-je vraiment prête à aller jusque-là ? Sa patience et ses mots ont fini par me titiller et la semaine dernière j’accepte de le rencontrer.

Nous discutons longuement avec mon mari pour affiner le scénario que je devrai suivre : mon amant potentiel devra ignorer que je suis libertine. J’envoie donc rapidement un message à P. pour lui proposer un rendez-vous en terrain neutre un après-midi. Il accepte de suite, évidemment…

Avec mon mari, nous décidons que nous irons à deux au rendez-vous, mais que Lui restera loin et discret. On ne sait jamais, je serai avec un homme que je ne connais que via un réseau social, et depuis moins de trois mois seulement ! Je commence à gamberger : je n’ai jamais rencontré seule et d’habitude la présence de mon mari à mes côtés me rassure et m’excite. Le contexte sanitaire ajoute encore du stress… Je suis censée être une femme mariée qui a envie d’aller voir ailleurs, alors que c’est en réalité un jeu candauliste. Or je ne sais pas mentir, je ne sais pas jouer la comédie ! Néanmoins cette situation nous titille fortement…

Nous en parlions souvent, imaginions comment les choses pouvaient se passer et cela pimentait nos relations sexuelles des jours précédents. Le matin même, les choses changent… Je commence à avoir une boule au ventre, et Lui est stressé et a du mal à apprécier la situation. J’envoie un message à P. pour lui dire, il me rassure, pour le remercier je lui envoie une photo de mes seins !

L’heure du rendez-vous arrive ! Pour l’occasion, j’ai mis une jupe, des bas opaques (il fait -1°C dehors ! ), un chemisier qui s’ouvre sur ma poitrine et pour avoir chaud, un gilet en cachemire et une écharpe, n’oublions pas que je suis frileuse et que je m’apprête à passer un bon moment dehors ! Je me dirige vers le parc après avoir déposé mon mari au bout de la rue pour arriver seule ; ce serait idiot de griller notre scénario. P. arrive peu de temps après moi. Nous commençons notre promenade en faisant connaissance. J’étais restée discrète sur ma vie privée, il a plein de questions auxquelles je réponds… ou pas ! Étonnamment j’arrive sans souci à mentir sur ma situation maritale, sur mes désirs d’adultères, ce jeu m’amuse et m’excite… Après une bonne heure à déambuler dans le parc, P. et moi trouvons un endroit pour nous asseoir… Il me demande l’autorisation pour poser la main sur ma cuisse, je trouve cela mignon. Quel changement par rapport aux gangs bangs et autres jeux libertins bien plus hardis ! Le froid se fait de plus en plus piquant, nous décidons d’aller dans la voiture… Dans mon esprit, pleins de choses se bousculent : comment prévenir mon mari ? Ce n’était pas dans le plan initial et je sais qu’il va s’inquiéter. En même temps, je suis bien excitée et j’ai envie de voir jusqu’où je suis capable d’aller dans ce jeu…

Nous allons donc dans la voiture, mais ne sommes pas les seuls sur le parking à avoir eu cette idée ! Le véhicule à côté de nous est aussi occupée par un couple, et il y a de nombreux passants, pas moyen d’être tranquilles … Nous décidons d’aller un tout petit peu plus loin mais là encore je ne peux pas lui dire que je dois prévenir mon mari. Je dois trouver un moyen de le faire quand même ! Je l’aperçois au bout de la rue, il est là qui veille me voyant partir avec mon amant. Le stress m’envahit à ce moment-là et je trouve une excuse pour lui envoyer un sms.

Deuxième parking, plus tranquille… Moins de passage et surtout pas de voisins indiscrets !

J’enlève mon écharpe, ouvre ma veste, il découvre mon décolleté (un peu plongeant quand même, vous imaginez bien ! ). Il caresse mon soutien-gorge et glisse très vite à l’intérieur jusqu’à mon sein gauche… Sa main descend ensuite sur mes bas et remonte jusqu’à ma peau. Il semble aimer cela, mais ne s’aventure pas plus loin… Ma tête bouillonne et je suis très excitée, mais voiture + froid + COVID + masque, pas facile de faire grand-chose ! Il profite longuement de mes seins qu’il avait si souvent vus en photo, l’excitation monte dans la voiture. Vient ensuite mon tour : je vérifie l’effet que je lui fait en effleurant son entrejambe et il me sort enfin son sexe…

À ce moment-là, mon téléphone sonne, Lui commence à être inquiet (et a froid !). Je le rassure à demi-mots. Ce coup de fil n’a pas coupé nos ardeurs, l’excitation est toujours présente et la tension sexuelle est palpable dans la voiture ! Je reprend mes caresses, P. aussi… J’entends son souffle s’accélérer. Je sens sa bite durcir encore. Puis elle se contracte et le sperme coule sur mes doigts. Je ressens une certaine fierté à avoir réussi à le faire jouir. Nous nous rhabillons et nous quittons avec l’idée de se revoir.

Autre chose qui me tracasse, comment envisager la suite ? P. m’a proposé à plusieurs reprises de le revoir, cette idée me plaît, m’excite même, mais faire des rencontres en ce moment reste un peu compliqué et j’ai du mal à me projeter. Et reste un détail qui a toute son importance dans notre scénario coquin : comment faire en sorte que mon mari en profite aussi, en temps réel ou après ? Ces questions me trottent dans la tête toute la soirée et la nuit suivante, se mêlant à l’excitation que m’a procurée cette rencontre et qui nous a bien émoustillé ensuite une fois de retour dans le lit conjugal.

Je récupère alors mon mari un peu plus loin et commence à lui raconter… C’est d’ailleurs difficile pour moi ; tout est un peu confus dans ma tête, partagée entre le plaisir d’être allée au-delà de notre scénario et une étrange culpabilité d’avoir menti à P. sur toute la ligne… Ces sentiments mitigés m’accompagneront encore toute la soirée…

Nous n’avons pas encore toutes les réponses, mon cerveau, lui, carbure à fond… Ne doutez pas que nous y arriverons, mais il nous faudra certainement un peu de temps !