Citius, altius, fortius

   Voici treize ans que nous nous découvrons mutuellement dans le libertinage (et bientôt 20 dans notre couple). Nous n’avons aucun but précis, l’important étant le chemin ! Ce chemin n’est pas toujours facile : nous faisons parfois du surplace, nous doutons de nos choix, nous perdons aussi l’envie et remettons même cette philosophie existentialiste en question. Très souvent, ces passages à vide sont suivis d’une période de grâce, de dépassement de soi qui nous fait à nouveau voir le monde “normal” d’un autre oeil. Et bien, samedi soir, fut un de ces moments-là… Des trios, nous en avons déjà un certain nombre à notre actif, mais notre dernier partenaire de jeux érotiques nous a accompagné dans une ascension mémorable.


   Nous étions donc au sauna Histoire d’eau – qui s’est amélioré soit dit en passant. Après un court passage au jacuzzi, nous entrons dans le hammam. Assez étonnés de le trouver plein à craquer nous nous trouvons une petit place et admirons plusieurs femmes sucer leurs partenaires. Je demande à Elle de me sucer et j’invite mon voisin, un grand black, à la caresser. Assez vite Elle passe entre ses cuisses et se régale de la douceur de sa queue.

   Nous le retrouvons quelques instants plus tard dans un des nouveaux salons du premier étage. Elle nous suce alternativement, gémissant sous mes coups de langue et les doigts de notre invité. Sa bite est énorme, bien plus longue que la mienne mais légèrement moins large; son gland noir brille sous le faible éclairage. Très excitée, Elle écarte vite les cuisses et lui demande de la prendre. Quand il lui enfonce son sexe dans la chatte, Elle laisse échapper sa surprise “Oh elle est grosse ta queue ! Elle est bonnnnneeee !”. En quelques coups de rein puissants, son amant la fait jouir : je n’ai jamais entendu ma femme crier aussi fort de plaisir et je suis aux anges ! Par trois fois, il la laisse reprendre son souffle puis la fait de nouveau hurler son orgasme. Puis la prenant à mon tour, j’attrape cette magnifique bite à pleine main pour l’enfoncer moi-même dans la bouche de ma salope. Je tapote le gland sur son visage et sa langue tout en la baisant lentement.

   Changeant encore de position, Elle s’empale sur ce gigantesque pieu; il bouge lentement du bassin, la faisant gémir encore et encore. Je lui écarte les fesses et lui enfonce un, puis deux doigts dans le cul… Je sens la pine de F. – notre partenaire – aller et venir dans le ventre de ma femme. Extrêment excitant ! Elle semble jouir en continue sous mes doigts. Alors, n’y croyant pas moi-même, j’approche mon gland de son petit trou et j’appuie lentement. Elle a expérimenté la double pénétration seulement dix jours auparavant avec la complicité de notre ami @xavmoody, mais compte tenu de la taille du sexe de F. et du mien, je ne crois pas un instant cela possible. Je pousse donc lentement, juste pour l’exciter par cette simple caresse anale : je sais que l’idée va la rendre folle. Mais quelle n’est pas ma surprise en sentant son petit trou s’ouvrir ! J’arrive à l’enculer avec une facilité déconcertante – c’est même plus facile qu’une “simple” sodomie à la maison 😄 ! Ses “Maiiiis tu m’encuuules… Oh je les sens bien vos deux queues ! C’est boooonnn !” ne laissent aucun doute sur le plaisir qu’Elle prend à se faire prendre en sandwich par nos deux énormes pines. Incroyable !!! J’accélère même le rythme, l’enculant comme jamais je n’y étais encore arrivé… Par deux fois, je sens son corps se contracter et se détendre violemment sous des orgasmes fulgurants, comme la corde d’un arc vibre en relâchant la flèche.

   Après une petite pause, les deux amants se mettent à genou face à face et F. la doigte adroitement. Un puis deux doigts lui fouillant la chatte, Elle gicle abondamment sur cette main qui la fait jouir… Elle s’allonge ensuite pour que je la prenne dans notre position préférée : ses pieds contre mon torse. Notre partenaire lui glisse deux doigts dans le petit trou ce qui a pour effet de resserrer l’étreinte de son vagin sur ma queue. Elle poussa de longs cris de plasiri et nous asperge. Elle inonde copieusement le matelas de sa jouissance ! Ne pouvant plus me retenir, je lâche mon foutre en Elle en poussant un cri rauque.

Avant même que j’ai repris mon souffle, Elle se met en levrette. Alors que je m’attendais à ce que F. la prenne comme une chienne, je le vois, à ma grande surprise, appuyer son gland sur son petit trou. Elle ne proteste même pas ! Il la sodomise de plus en plus profondément et de plus en plus rapidement. Voyant son amant l’enculer aussi aisément mon excitation ne tarde pas à me revenir, encore plus raide ! Je viens baiser la bouche de ma pute pendant q’un grand black l’encule… 😛

Après tout ces ébats torrides, la chaleur étant devenue insupportable dans le salon, nous descendons prendre un verre avec F. Nous découvrons avec plaisir que, non content d’être un amant exceptionnel et exceptionnellement bien monté), il est aussi de très bonne compagnie.

Ce trio restera dans nos mémoires comme le plus torride que nous ayons vécu (à ce jour 😜).

Merci à toi, F. – et si tu lis cet article, envoie-nous un petit message !

1 réflexion sur « Citius, altius, fortius »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.